Un crime au Paradis

est un film de Jean Becker, sorti en 2001 sur un scénario de Sébastien Japrisot d’après La Poison de Sacha Guitry.

1980, dans un village campagnard de la région lyonnaise, Saint-Julien-sur-Bibost, Joseph Braconnier, dit “Jojo” (Jacques Villeret) et sa femme Lucienne dite “Lulu” (Josiane Balasko), mégère acariâtre et alcoolique invétérée, mènent une vie conjugale pour le moins conflictuelle, dans leur ferme sise au lieu-dit « Le Paradis ». Un jour, Jojo regarde à la télévision un reportage sur un avocat brillant (André Dussollier) qui en est à son vingt-cinquième acquittement. Très impressionné, Jojo va le trouver. Il lui annonce qu’il a tué sa femme, alors qu’il ne l’a pas encore fait, et par un jeu de questions très adroites, se fait expliquer comment il aurait dû opérer pour être à peu près sûr d’obtenir les circonstances atténuantes. Jojo s’en retourne alors au « Paradis » et commence à organiser, selon les indications de l’avocat, la mise en scène du « crime parfait ».

La fiche technique

Réalisation : Jean Becker / Scénario : Sébastien Japrisot d’après La Poison de Sacha Guitry / Images : Jean-Marie Dreujou /  Musique originale : Pierre Bachelet

La distribution

Jacques Villeret : Joseph “Jojo” Braconnier, cultivateur / Josiane Balasko : Lucienne “Lulu” Braconnier, sa femme / André Dussollier : Maître Jacquard, avocat / Suzanne Flon : Madame Blondeau, dîte “Maîtresse”, l’ancienne maîtresse d’école de Joseph / Jacques Dacqmine : Le président Laborde, président du tribunal / Gérard Hernandez : Jacques “Jacky” Ramirez, le garagiste / Valérie Mairesse : Magali Gianelli, la femme du patron du café / Roland Magdane : Roger Gianelli, patron du café / Dominique Lavanant : Mlle Goudilleux, la pharmacienne / Daniel Prévost : L’avocat général / Christine Delaroche : L’assistante de Maître Jacquard