Vincent de Moro-Giafferri

Catégorie :

Description

Description

Vincent de Moro-Giafferri

né le 6 juin 1878 à Paris et mort le 22 novembre 1956 au Mans, est un avocat célèbre1 et homme politique français.
Xavier Étienne Eugène de Moro-Giafferri, issu d’une famille originaire du village corse de Brando, est le fils d’Ours (Orso) Joseph Giafferi (di u Moro, « du Maure »2), employé des chemins de fer. Né dans le quartier de Montmartre (18e arrondissement), il y reste avec ses tantes quand son père repart en Corse en 18833.
Il fait ses études secondaires au collège Rollin, puis dans un collège religieux de Senlis, enfin au lycée Louis-le-Grand puis étudie le droit à la Sorbonne. Il est alors proche des milieux bonapartistes.
Il devient avocat au Barreau de Paris à l’âge de 20 ans (10 août 1898), puis pendant quatre ans pratique l’assistance judiciaire1, étant élu sixième Secrétaire de la Conférence du stage pour 1901-1902.
Il appelle à la création de « la ligue pour la défense des petits criminels, pour les voleurs à la tire, les cambrioleurs plus ou moins invétérés, les assassins maladroits et solitaires… ». Outre son talent oratoire et littéraire, il se fait connaître pour sa défense des déshérités.
En 1913, il participe au procès de la bande à Bonnot, défendant Eugène Dieudonné (1884-1944), qui est condamné à mort, puis gracié et envoyé au bagne.
Mobilisé comme auxiliaire, il se porte volontaire pour aller sur le front et participe en 1916 à la bataille de Verdun, puis aux opérations autour de Salonique ; il termine la guerre avec le grade de capitaine d’infanterie.

L’entre-deux-guerres

Les années 1920
Il est élu député de la Corse pour le Parti républicain-socialiste en 1919 et président du Conseil général en 1920.
Peu après la guerre, il plaide de grandes affaires, notamment celle de Landru (1869-1922) et participe à celle de Joseph Caillaux (1863-1944), accusé de trahison pendant la guerre. En 1924, il fut appelé pour défendre Guillaume Seznec, en raison de la disparition du conseiller général Pierre Quémeneur survenue un an plus tôt et que l’on accuse Guillaume Seznec d’en être l’auteur.
Réélu cette même année, il est nommé sous-secrétaire d’État à l’Enseignement technique du 14 juin 1924 au 16 avril 1925 dans le Gouvernement Édouard Herriot (1) (Cartel des Gauches). Il ne pourra pas assurer la défense de Guillaume Seznec, qui avait fait appel à ses services, quelques mois plus tôt. Il proposa son plus proche collaborateur, Me Marcel Kahn un jeune avocat qui n’avait jamais plaidé jusqu’ici devant une Cour d’assises.
Battu en 1928, il participe à la mise en place de l’Association juridique internationale, devenant membre du Comité d’honneur de cette association.

Les années 1930 et le problème de l’Allemagne nazie
Il est élu membre du Conseil de l’Ordre des avocats du Barreau de Paris (1930-1934),
En 1933, il envisage de participer à la défense du communiste bulgare Georgi Mikhailov Dimitrov, impliqué par les nazis dans l’incendie du Reichstag de février 1933. Mais il est récusé du fait qu’il ne connaît pas l’allemand. Il organise une sorte de procès parallèle à Paris, s’en prenant directement à Hermann Göring.
Avec le soutien de plusieurs organisations, dont la LICA de Bernard Lecache, Moro-Giafferi est le principal avocat d’Herschel Grynszpan, qui, le 7 novembre 1938, a abattu Ernst vom Rath, conseiller de l’ambassade d’Allemagne.
Il est aussi l’avocat du tueur en série allemand Eugène Weidmann (1908-1939), arrêté en décembre 1937 et jugé en mars 1939, le dernier condamné à mort exécuté en place publique en France.

La Seconde Guerre mondiale

L’affaire Grynszpan (1939-1942)
Le procès, prévu en septembre 1939, est ajourné du fait de la déclaration de guerre, étant donné que (selon les autorités judiciaires), la partie civile étant allemande, la justice ne pourrait pas être rendue en toute sérénité.
En juin 1940, se sentant menacé par l’arrivée de l’armée allemande à Paris4, Moro-Giafferi se réfugie dans le sud de la France (en zone non occupée), puis en Corse, libérée dès 1943.
Grynszpan, n’ayant pas pu obtenir d’élargissement, est livré aux Allemands en juillet 1940. Il mourra dans des conditions mal précisées au cours de la guerre, probablement à Sachsenhausen.
En 1942, paraît le livre L’Affaire Grynspan5 (sic), écrit par le juriste nazi Friedrich Grimm sous le pseudonyme de « Pierre Dumoulin », dans lequel Moro-Giafferi est fréquemment cité, de façon défavorable, aux côtés de Bernard Lecache et d’autres personnalités (Campinchi, Herriot, Blum, etc.).

La guerre et l’après-guerre

Pendant l’Occupation il réside en Corse pour ne pas être déporté en Allemagne.
Il est député de Paris sous la Quatrième République pour le Rassemblement des gauches républicaines, de 1946 à 1956.

En Littérature

Dans son iconoclaste roman de science (et de politique)-fiction La Guerre des Salamandres (1936) , l’écrivain tchèque anti-nazi Karel Capek imagine un peuple d’animaux marins (les salamandres), réduits par l’homme à l’état de sous-prolétaires corvéables à merci, qui se révoltent et finissent par s’armer et détruire méthodiquement les côtes des pays civilisés.
À la fin du livre les salamandres imposent un traité de paix léonin à l’humanité aux abois : La négociation se fait par l’intermédiaire d’un avocat international très lancé, nommé Julien Rosso-Castelli, allusion transparente à Moro-Giafferi, célèbre internationalement dans les années 30 pour la médiatisation d’un “contre-procès” de l’Incendie du Reichstag visant à dénoncer la manipulation politique menée par Hermann Göring.

0

Your Cart