Guillaume SEZNEC, maître de scierie à Morlaix, est soupçonné d’avoir tué Pierre Quemeneur, Conseiller général du Finistère, avec lequel il avait imaginé faire le commerce des “cadillacs” abandonnées par les américains après la fin de la première guerre et qui se trouvaient par centaines en Bretagne. Au terme d’une équipée riche en incidents de toutes sortes de Morlaix à Paris avec une cadillac pour amorcer le commerce des voitures et qui se tenait au champ de mars à Paris en mai 1923, les deux hommes se séparent, la cadillac tombant en panne sans arrêt. Quermeneur gagne Paris tout seul, Guillaume rentre à Morlaix. On ne reverra jamais Quemeneur dont SEZNEC, dernier à l’avoir vu, sera déclaré coupable de l’avoir assassiné. Echappant de peu à la guillotine, il est condamné aux travaux forcés à perpétuité en novembre 1924 par la cour d’assises de Quimper et part en Guyane en 1927. Miraculé du bagne où l’espérance de vie ne dépassait pas 3 à 4 ans, il restera à l’île Rotale, gardien du sémaphore jusqu’en 1947. Grâcié par le général De Gaulle, il n’aura de cesse avec sa famille de se battre pour sa réhabilitation. Mystérieusement renversé par une voiture fin 1953, il meurt en 1954.

De nombreuses demandes de révision n’aboutiront jamais même la dernière ordonnée pourtant par le Ministre de la justice en personne, Madame LEBRANCHU, député maire de Morlaix. La demande est rejetée en décembre 2006. Son petit fils Denis, qui se bat depuis 40 ans pour la réhabilitation de son grand père, est l’auteur d’un ouvrage, véritable enquête approfondie “Nous les SEZNEC”, concluant à de nombreux doutes dont Guillaume SEZNEC aurait du nécessairement bénéficier dans l’esprit de notre droit pénal.

La loi nouvelle récemment votée à l’unanimité le 20 juin 2014 sur la révision des condamnations pénales, permettra peut être d’arriver au résultat tant espéré et souhaité par la France entière qui a déjà pour sa part largement réhabilité SEZNEC !!!

Le regard de Maître Paul LOMBARD sur l’Affaire SEZNEC

André CAYATTE